Le Léthé

 

Cinéma

 

Littérature

 

Peinture

 

Musique

 

Bonus

 

Liens

 

webmaster

 

JACQUELINE HARPMAN

 

 Jacqueline Harpman est Belge. Membre de l’Association psychanalytique internationale, elle a déjà publié neuf romans dont cinq aux Editions Stock, parmi lesquels La fille démentelée et La plage d’Ostende. Elle a reçu le Prix Médicis 1996 pour Orlanda (Grasset). Bibliographie complète

 

Voici un aperçu de quelques unes de ses oeuvres :

Ø   Moi qui n’ai pas connu les hommes (avec commentaire)

Ø   La plage d’Ostende

Ø   L’orage rompu

 

 

 

MOI QUI N’AI PAS CONNU LES HOMMES

 

 

Quatrième de couverture : Elles sont quarante, enfermées dans une cave, sous la surveillance d’impassibles gardiens qui les nourrissent. La plus jeune – la narratrice – n’a jamais vécu ailleurs. Les autres, si aucune ne se rappelle les circonstances qui les ont menées là, lui transmettent le souvenir d’une vie où il y avait des maris, des enfants, des villes…



Mystérieusement libérées de leur geôle, elles entreprennent sur une terre déserte une longue errance à la recherche d’autres humains – ou d’une explication. Elles ne découvrent que d’autres caves analogues, peuplées de cadavres.

On a pu parler de Kafka, de Paul Auster ou du Désert des Tartares au sujet de cette œuvre à la fois cauchemardesque et sereine, impassible et bouleversante.

 

Commentaire (Léthée Nevermind) : Je viens tout juste de découvrir Jacqueline Harpman avec ce livre. Le début de ma lecture fut un peu difficile, ayant du mal à imaginer ce que l’on me décrivait. L’auteur nous entraîne dans un monde inimaginable et dont pourtant tout le monde rêve au moins une fois dans sa vie. Dans le cheminement de ce livre, rien n’est prévisible ; les lecteurs que nous sommes tous étant habitués aux clichés, aux coups d’éclats. Ce roman évoque toutes nos interrogations ; pourquoi ? comment ? Ces questions ont bien sûr fait l’objet de nombreux romans avant celui-ci et ce sera encore le cas ! Mais jamais ces questions ont été abordées sous cet angle, et de façon aussi complexe. Comment répondre à ces interrogations lorsqu’on ne connaît de la vie qu’une cave, 39 autres femmes, 6 gardes avec lesquels aucun dialogue n’est possible ? Comment concevoir le monde sans l’avoir jamais vu ? Aussi loin de nous que puisse paraître cette histoire, elle semble toutefois bien réelle. Enfin qui n’a pas rêvé un jour d’être seul dans un monde où tout est possédé enfin ? Où la solitude est reine et l’absence parfaite.

Plus sérieusement, l’isolement, la séquestration, ont fait l’objet de plusieurs films et romans. On se souviendra au cinéma de « Dogville », où, la séquestration est accompagnée d’esclavage, et où elle est la conséquence d’un ou de plusieurs actes. Mais on se souvient aussi inévitablement de « Cube », où la séquestration n’a pas de cause connue, et donne ainsi libre court aux questions les plus folles, ou les plus sensées. Qu’y-a-t-il dehors ? Est-ce mieux ou pire ailleurs ? Y a-t-il un extérieur encore ? ou un ailleurs ?

Il y a également l’auto-séquestration, par peur de l’extérieur, traitée dans « La jeune fille et la mort » de façon très brève et en toile de fond. L’auto-séquestration par peur du souvenir. Puis il y a la séquestration par égoïsme – puis par amour, traitée dans « Mercure » ; et l’enfermement par défi dans « Le Pari » de Tchekhov.

Une longue partie de ce livre traite donc de la séquestration, et comme pour nous inviter à nous poser autant de questions que les personnages : aucune réponse, aucune solution ne sont données. L’auteur ne se permet, ne nous offre aucune justification.

Quand un lieu ne nous convient pas, on espère toujours qu’un ailleurs bien meilleur nous attende quelque part.  A la sortie cependant, pas d’éclat ; Pas de surprise, mais seulement le vide. Alors comme tous les espoirs sont permis, la femme fait ici ce que l’homme ferait en pareilles circonstances : elle se met en quête.

 

 

LA PLAGE D’OSTANDE

 

 

Quatrième de couverture : « Dès que je le vis, je sus que Léopold Wiebeck m’appartiendrait. J’avais onze ans, il en avait vingt-cinq… je lus ma vie sur son visage et d’un instant à l’autre, je devins une femme à l’expérience millénaire. » Prise ainsi par une passion que rien n’éteindra, Emilienne devra des années attendre son heure. Talentueux, beau, aimé des femmes, Léopold fait un mariage d’argent pour pouvoir se consacrer à la peinture. La jeune fille va lentement tisser sa toile, ne reculant devant rien, sacrifiant au passage quelques existences. Des années plus tard, après la mort de son amant, Emilienne désespérée, mais sans remords, demeurera certaine que c’était le prix à payer pour vivre sa passion.

 

L’ORAGE ROMPU

 

 

Quatrième de couverture : Un homme, une femme. Une rencontre de hasard dans le TEE Paris-Bruxelles. Un tête-à-tête de deux heures, et des vies qui vacillent. Elle, c’est Cornélie. Elle vient d’assister à l’enterrement de son ex-mari. Elle mène une vie indépendante entre son travail et quelques amants occasionnels. Lui, c’est Henri. Il se croit heureux dans sa vie confortable de cadre, d’homme marié et de père de famille. Il se mettent à parler, se racontent, se confient. Et vite, follement vite, comprennent qu’ils sont fait l’un pour l’autre, dans cet intermède du temps entre deux villes… Mais ils ont oublié que les trains arrivent toujours.

 

Bibliographie

*   L'Amour et l'acacia (Julliard, coll. Nouvelles, 1958)

*   Brève Arcadie (Julliard, 1959) Prix Rossel

*   L'Apparition des esprits (Julliard, 1960)

*   Les Bons Sauvages (Julliard, 1966 et Labor, coll. Espace Nord, no 79)

*   La Mémoire trouble (Gallimard, 1987)

*   La Fille démantelée (Stock, 1990)

*   La Plage d'Ostende (Stock, 1991 et Livre de Poche no9587)

*   La Lucarne (Stock, 1992)

*   Le Bonheur dans le crime (Stock, 1993)

*   Moi qui n'ai pas connu les hommes (Stock, 1995 et Livre de Poche no14093)

*   Orlanda (Grasset, 1996 et Livre de Poche no14468) Prix Médicis

*   L'Orage rompu (Grasset, 1998)

*   Dieu et moi (Mille et une nuits, 1999)

*   Récit de la dernière année (Grasset, 2000)

*   Le véritable amour (Ancrage, 2000)

*   La vieille dame et moi (Le Grand Miroir, 2001)

*   En quarantaine (Mille et une nuits, 2001)

*   La dormition des amants (Grasset, 2002)

Le Léthé

 

Cinéma

 

Littérature

 

Peinture

 

Musique

 

Bonus

 

Liens

 

webmaster